Qui sommes-nous ?

Odile-Cambronne-web

Rosa Gribouille (Odile Cambronne)

La piste aux étoiles, première émission télévisée sur un poste en noir et blanc, le mercredi soir chez mes grands parents maternels ; toute la tribu familiale réunie avait le regard fixé sur ce petit écran ; j’étais fascinée, un grand moment étrange et bizarre, il y avait l’image, grande différence avec la radio et la famille Duraton ! Le silence régnait, pouvais-je rire et rire aux éclats, pleurer, avoir peur ? je ne sais, une chose est sûre : s’extasier devant le spectacle des chevaux était de bon ton ; mais devant ces êtres hors du commun, habillés de façon excentrique pas comme il faut, les clowns, je me retenais, je suis sûre que ma chaise garde encore les traces de l’émotion enfouie. Emerveillée par la piste, le somptueux décor et l’ambiance, je rêvais de ce monde fantastique.

Une autre expérience vivante gravée dans le fond de ma mémoire : lors de ma première année de pension, perdue dans l’incompréhension de la vie d’interne, voilà que je participe à un spectacle donné au moment de Noël. Un passage sur scène avec un masque neutre, moment exceptionnel et découverte de la joie du port d’un masque et de la liberté qu’il me donnait.

Quelques dizaines d’année après je chausserai le nez et là je ne le quitterai plus, de stage en stage je vais laisser place à mon clown. Je parcours assidûment le chemin clown, j’explore les terrains de formation dans l’hexagone : le Nord (Atout clown) bien sûr, mais aussi Epinal (Compagnie Nez à Nez), Paris (Clown Gestalt), Toulouse (le Bataclown) et hors frontières : la Suisse, la Belgique et le pays basque espagnol (Uhartean). Parallèlement je développe la pratique du chant et suis des formations de masque neutre et de théâtre.

Mon inscription dans l’association « Graines de Clown », en tant qu’adhérente, acteur clown, et présidente pendant 7 ans, a été et reste un temps fort par la rencontre régulière avec le public lors de soirées « Brèves de Clown », spectacle d’improvisation à partir de témoignages.

Sur son chemin, Rosa Gribouille croise fréquemment Monsieur Triton. Elle aime sa présence, son personnage un peu vieux jeu, « vieille France », elle est attirée par lui, elle aime jouer avec lui et ose aller dans sa démesure.

Thierry-Canivez-web

Monsieur Triton (Thierry Canivez)

Le cirque Pinder, en vrai ; du haut des gradins, je n’attends qu’eux, les clowns. Les yeux s’écarquillent, la bouche s’ouvre, je ris. Alors on peut faire rire, jouer à être bête, être libre de faire ce qu’on veut quand on est grand ? Ce soir là de la fenêtre de ma chambre je vois partir la caravane du cirque vers une autre ville, triste. Avais-je envie de partir avec eux ? Trente ans plus tard, après tout un parcours (arts plastiques, danse…), me revient ce souvenir. Je fais mon premier stage clown… c’est parti ! Depuis je me suis formé à diverses sources : Bataclown, Espace Catastrophe… tout en continuant de pratiquer la danse et le chant depuis quelques années. Je découvre les joies de l’improvisation clown et particulièrement de l’intervention clown, ce clown qui débarque dans un événement et qui en donne sa lecture, sa vision particulière. Je me forme à ce type de clown auprès du Bataclown, la compagnie qui en est l’instigatrice. Ce qui ne m’empêche pas de vivre d’autres expériences : écriture d’un spectacle pour enfants, travail sur un « numéro », et depuis quelques années animation de formation clown dans divers cadres. Dans toutes ces aventures, le chemin de Monsieur Triton croise celui de Rosa, le recroise… à suivre…